Au Danemark ou ailleurs, lorsque vous entrez dans une pâtisserie, vous pouvez entendre quelqu’un commander un « Vienna Bread » ou par traduction libre « un pain viennois ». Il s’agit en fait de ces délicieux « pains » croustillants au cœur moelleux ou/et parfumés connus sous le nom de « Danish » aux États-Unis et dans les autres pays anglophones, et appelés Wienerbrod au Danemark.

D’où vient le Wienerbrod?

Plusieurs versions expliquent l’origine de la pâtisserie danoise. Il paraît que le Wienerbrod a été créé en 1843 par un pâtissier de Copenhague qui avait séjourné dans la capitale autrichienne. De retour au pays, il avait repris les mêmes recettes que les croissants viennois mais en ajoutant des préparations crémeuses et ce fut un grand succès. Une autre histoire concernant l’origine du Wienerbrod raconte qu’en 1850, des boulangers et pâtissiers danois s’étaient mis en grève. Du coup, leurs patrons avaient décidé de recruter des employés autrichiens pour les remplacer. Ces derniers étaient alors venus avec leurs propres recettes et traditions qui avaient été adoptées par les pâtissiers danois à leur retour.

Quelle que soit l’histoire de ces pâtisseries, elles font désormais partie intégrante de la gastronomie danoise. Un site a fait une estimation et déclare que les Danois consomment environ 10 kg de pâtisseries et gâteaux par an par personne. En effet, les Danois aiment commencer leur journée par des viennoiseries bien croustillantes.

Les différentes déclinaisons de Wienerbrod

Le Wienerbrod peut être proposé sous forme d’un gros morceau à partager ou par petits gâteaux individuels. Les recettes les plus traditionnelles en forme de gros gâteau sont les Kringle et les Stangs. Les petites pièces sont les roulés à la cannelle, les Spandauer et les Overskaren.

Il faut savoir que les croissants sont fabriqués suivant le même principe que les Wienerbrod mais appartiennent à une autre spécialité.